Vendredi 4 juillet 5 04 /07 /Juil 21:51

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Par Yann

Apprendre A Etre Passif (AAEP) met à votre disposition un module de TCHAT afin de poser toutes vos questions aux autres internautes mais également à l'équipe d'AAEP lorsque l'un d'entre nous est connecté.


Mardi 20 août 2 20 /08 /Août 15:56

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : Acte III : Parfaire son anus... - Par Yann

Acte III : Parfaire son anus...
Leçon 1 : Le pré-cum


Le pré-cum (ou liquide pré-éjaculatoire) est particulièrement utile pour "parfaire son anus". Nous allons voir comment...


I. Introduction

Qu'est-ce que ce pré-cum ? Pour les amateurs de "branlette", vous le connaissez déjà. Il s'agit de ce liquide clair qui coule avant l'éjaculation.

Ce liquide est relativement visqueux et transparent, incolore. Il est sécrété par les glandes bulbo-urétrales, situées de part et d'autre de l'urètre. Le pré-cum est sécrété lors de l'excitation. Le moment à partir duquel il est possible de le voir poindre est variable.

Il est censé faciliter la lubrification au cours du coït et protège les spermatozoïdes de l'acidité en les enveloppant.

Un point de précision toutefois : bien que le liquide pré-éjaculatoire ne contienne pas de sperme, on peut y déceler, chez les personnes séro-positives, la présence de VIH. D'où l'absence de fiabilité contraceptive du coït interrompu (consistant à se retirer avant l'éjaculation).

 

http://i.imgur.com/LgoaMWL.jpg

 

II. Utiliser le pré-cum

L'utilisation du pré-cum est relativement aisée. En effet, outre ses propriétés aphrodisiaques (un passif qui s'enduit les lèvres de son pré-cum à mesure que celui-ci apparaît sur son gland reste extrêmement excitant), le pré-cum peut servir, dans une certaine mesure à la lubrification anale.

En effet, il possède des propriétés proches des gels commerciaux, notamment concernant son pH plutôt basique (aux alentours de 7,6). Bien entendu, la quantité reste modeste (les plus gros producteurs de pré-cum n'auront que quelques mililitres à se frotter contre l'anus) mais il s'agit tout de même de faciliter le passage, de s'aider de ce liquide pour pénétrer un ou deux doigts et ainsi mieux préparer l'entrée de son anus.

 

http://24.media.tumblr.com/tumblr_m8q9kdlJub1rd91nuo1_500.jpg


III. Jouer avec le pré-cum

Un bon passif doit savoir utiliser le pré-cum de son actif. Pour cela, rien de plus simple, il faut frotter le pré-cum sur le gland jusqu'à séchage complet. Cela doit être fait avec un doigt ou avec le bout de la langue pour les plus experts. Cela permet de faire monter l'excitation et d'augmenter l'envie d'éjaculer.


IV. Que faire si je n'ai pas de pré-cum ?

Tous les hommes ont du pré-cum. Lorsque celui-ci ne se manifeste pas c'est que l'excitation n'est pas parfaite.

Toutefois, certains hommes ont plus de pré-cum que d'autres. La nature est parfois cruelle !


N'hésitez pas à me faire part de vos expériences avec votre pré-cum en commentaire !


Dimanche 18 août 7 18 /08 /Août 17:36

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : Acte I : Commencer à préparer son petit trou... - Par Yann

Acte I : Commencer à préparer son petit trou...
Leçon 4 : A la découverte des boules de Geisha


Petite introduction

Les moins au courant d'entre vous ignorent sans doute ce que sont ces "fameuses" boules... Il s'agit d'un jouet sexuel fait d'une succession de boules (de plus ou moins gros calibre et généralement au nombre de deux seulement) reliées entre elles par une corde, un fil de métal ou tout autre lien susceptible de les relier. Il ne faut pas les confondre avec le chapelet thaï dont les boules sont beaucoup moins grosses (et souvent plus nombreuses) et dont l'objectif n'est pas le même.

Initialement prévues pour s'insérer dans le vagin lors de la pratique du tantrisme, les boules de Geisha peuvent très bien être utilisées pour procurer de vives sensations anales. Effectivement, au sein de ces boules se trouvent de petites billes susceptibles de glisser en fonction des mouvements de votre corps et de procurer, en cela, d'agréables sensations. Ceci agit plus ou moins selon le principe du pendule de Foucault.

boules_geisha.png

 

I. Quelle taille choisir ?

Il semble capital de bien choisir la taille de ses boules de Geisha. En effet, de trop grosses boules risqueraient de léser l'anus si elles sont introduites dans un cul inexpérimenté. De la même façon, des boules de Geisha trop petites n'apporteront pas les plaisirs escomptés.

Il faut savoir que les boules sont généralement d'une taille comprise entre 3 et 6 cm.

 

Sur ce point précis, le chapelet Thaï a l'avantage de pouvoir proposer des boules de calibre nettement inférieur à celui des boules de Geisha et, parfois même, une succession de boules de taille croissante.

 

Je conseille souvent une "mesure" appropriée pour choisir ses boules de Geisha.

Pour cela, il suffit de mesurer la distance sus-lunulaire de l'index (gauche ou droit).

 

distance_sus_lunulaire.png

Cette mesure correspond à la distance (en centimètres) séparant les berges de l'ongle, juste au-dessus de la lunule (cette zone blanche à la base de l'ongle, au plus près de la deuxième phalange).

Une fois la mesure obtenue, il suffit de la multiplier par 3,75 pour obtenir la taille optimale de vos boules de Geisha.

 

II. Comment les introduire sainement ?

Il faut commencer par lubrifier votre anus pour éviter toute déchirure ou douleur inappropriée. Ainsi, il est nécessaire d'utiliser un gel aqueux avant tout intromission. Celui-ci peut être appliqué avec le doigt sur les parois anales, au moins sur quelques centimètres (n'hésitez pas à introduire votre doigter franchement). Pour finir, déposez une noisette de gel sur l'entrée de votre anus afin de faciliter l'introduction.

 

Au moment d'enfoncer la première boule, prenez une importante respiration. Comme pour un pénis, détendez votre anus comme si vous alliez à la selle. Il est possible d'enduire de gel la première boule pour faciliter l'intromission. Cette pénétration doit être la plus douce possible pour éviter de léser vos parois anales et les préparer à prendre les autres boules.

 

N'hésitez pas à faire des pauses et à tenter doucement de retirer celles qui sont déjà en vous. Cela permet de tester la force de vos sphincters anaux et de ressentir les premières vibrations.

http://cdn1.image.youporn.phncdn.com/201205/10/7746366/160x120/8.jpg

 

III. Le jeu anal avec les boules de Geisha

L'essentiel du plaisir des boules de Geisha relève des vibrations que vous pouvez ressentir lors des mouvements du jouet. Celles-ci sont dues aux billes situées au sein des boules. Vous pouvez jouer avec en tirant légèrement sur le lien qui relie les boules afin d'accentuer ces vibrations.

 

De façon contraire, il est possible de retirer une boule en poussant sur son anus, puis de la faire rentrer de nouveau.

 

Essayez de conserver au maximum les boules en vous. La sensation en sera décuplée au bout d'un certain moment. Les muqueuses anales devraient ainsi vous "brûler" légèrement de l'intérieur et vous faire ressentir une sensation agréable.

 

En évitant une dilatation trop importante (donc en choisissant des boules de taille appropriée), vous vous assurez une continence suffisante pour pouvoir maintenir les boules en vous et faire durer le plaisir. 

 

Rien de tel que de remettre son boxer alors que deux ou trois boules sont encore en vous. Essayez de marcher... vous verrez, les vibrations en sont décuplées !

Essayez les mouvements de bassin, d'écarter vos fesses, de pousser puis de contracter votre anus. Jouez également en entrer un doigt afin de pousser les boules davantage dans votre intérieur...

 

IV. Le rôle du partenaire actif

Un bon partenaire peut jouer avec les boules de Geisha.

 

Si l'entente est parfaite, ce sera à lui de les introduire dans l'anus du passif. En se fiant à ses gémissements, il parviendra à jouer doucement avec les boules, pour de plus agréables sensations.

 

Par suite, l'actif pourra décider de retirer une ou deux boules puis de les réintroduire. Il faut savoir qu'à chaque retrait, la sensation d'ouverture des sphincters est orgasmique. De la même façon, en forçant sur l'entrée anale au moment de l'intromission, l'actif apprend à son passif à détendre son anus, ce qui est parfaitement nécessaire pour recevoir un pénis.

 

Bien entendu, le retrait brutal de l'ensemble des boules (comme d'un chapelet Thaï) peut être particulièrement excitant. Celui-ci doit toutefois être fait avec modération car il peut, à terme, entraîner un relâchement sphinctérien définitif et une béance anale.

 

L'essentiel du rôle du partenaire actif reste donc d'utiliser l'objet afin de posséder le corps de l'autre.

http://cdn1.videothumbs.xtube.com/videos/201106/27/AvaLH-G154-/240X180/10.jpg

 

V. Le retrait

Celui-ci doit être minutieux. Il peut être fait de façon directe ou indirecte.

- de façon directe : par un effort de défécation, en "poussant", afin d'évacuer les boules, une à une.

- de façon indirecte : en tirant sur le lien unissant les boules de Geisha.

 

Il est également possible de pratiquer ces deux techniques de retrait de façon simultanée, notamment pour la première boule, toujours difficile à retirer. Je vous recommande de souffler au moment du retrait (lors de la poussée).

 

Le retrait violent (de façon indirecte donc) peut être envisagé mais doit être pratiqué avec modération.

 

Les sensations au moment du retrait sont toujours fort agréables. Il faut savoir faire quelques pauses entre chacune des boules pour profiter au maximum.

 

Il n'est pas sans rappeler que plus les boules sont restées longtemps dans l'anus et plus le retrait sera "délicat" et jouissif ! En cela, il est plus qu'agréable de les laisser un temps important.

 

VI. Le nettoyage

Les boules de Geisha, suivant leur consistance, doivent être nettoyées efficacement.

Il n'est pas rare que des matières fécales restent accrochées sur les boules et ceci même après un lavement efficace, dans la mesure où la pénétration est profonde.

 

Un passage sous l'eau et un nettoyage au savon peut s'avérer utile. Attention à l'utilisation de Javel : elle est possible qu'à condition d'avoir des boules de Geisha en métal ou en silicone (avec risque de disparition des couleurs).

 

Un désinfectant peut également être pulvérisé sur le jouet. Utilisez, par exemple, un antiseptique type Biseptine (Gluconate de Chlorhexidine), efficace contre les germes digestifs.

 

VII. Pour aller plus loin...

N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires et de vos questions. J'y répondrai dans la mesure du possible

 



Mardi 6 avril 2 06 /04 /Avr 11:39

Ecrire un commentaire - Voir les 13 commentaires - Publié dans : Acte I : Commencer à préparer son petit trou... - Par Yann

 

Acte I : Commencer à préparer son petit trou...
Leçon 3 : Comment apprendre à se goder violemment ?


Petite introduction
Dans ce cours, le troisième de l’acte I, vous allez apprendre les rudiments du godage intense et violent, qui permet après les phases de dilatation de votre anus, de vous stimuler de façon efficace et de vous préparer physiquement et psychiquement à recevoir un pénis et ses va-et-vient puissants.

Partie 1 : le choix du gode
Lorsqu’on parle de godage, il nous vient à l’esprit immédiatement l’image du gode. Toutefois, il n’est pas nécessairement le mieux adapté à la pénétration objective.

En effet, il existe également les plugs. Initialement conçus pour maintenir l’anus parfaitement bien dilaté (en tenant seul en place), les plugs ont la particularité d’être d’un diamètre assez grand, permettant ainsi une pénétration plus intense.

  plgod.jpg

Afin de choisir au mieux votre « pénétrateur », il convient de savoir ce qui vous donne le plus envie. Précisons dès maintenant que la pénétration sera complète et qu’en raison de cela, il est nécessaire de choisir un objet dont la longueur ne vous effraie pas et que vous savez être capable de recevoir intégralement en vous. Pour une première fois, je conseille d’utiliser un gode simple, sans saillies. Les imitations de pénis, présentant les quelques nervures qui peuvent exister sur un vrai, stimulent d’avantage par leur vraisemblance et les frottements qu’ils imposent sur la muqueuse.

Les plugs sont également une façon originale de débuter un godage violent. De cette façon, vous allez pouvoir évaluer votre résistance aux « assauts ».

Partie 2 : lubrification ‼
On ne le redira jamais assez mais une pénétration, à ce stade de la formation, sans préparation et donc sans aucune lubrification est une mauvaise pénétration qui peut aller jusqu’à léser de façon profonde la muqueuse anale. Aussi, est-il préconisé de se munir de gel lubrifiant ou de quelque chose d’analogue. Je déconseille vivement le savon ou le gel douche qui ne disposent pas nécessairement de pH neutre. En revanche, l’huile peut apporter un confort tout aussi intéressant que du gel lubrifiant commercial.

Pour celui qui souhaite utiliser de l’huile alimentaire, il est préférable d’employer une huile la plus visqueuse possible. L’huile d’olive est plus « chaude » à l’application et provoquera également sur votre pénis en érection une sensation d’échauffement tout à fait agréable.

Pour bien lubrifier votre anus, il est primordial d’introduire le bout de vos doigts à l’intérieur de vous après l’avoir enduit de lubrifiant (huile ou gel lubrifiant donc). Une telle chose doit de toute façon être totalement maîtrisée par un passif digne de ce nom.

Vous veillerez à enduire tout votre intérieur de lubrifiant et non simplement la surface de votre anus. Il est parfois nécessaire de stimuler, en remuant énergiquement le doigt à la surface de votre anus, la dilatation anale. Une fois la lubrification effectuée, vous pouvez passer à l’introduction du gode.

Partie 3 : pénétration
Afin de faire entrer le gode sans difficulté, lubrifiez-le également au moyen de votre huile ou du gel lubrifiant. Vous pouvez également, si vous en avez l’envie, sucer le gode longuement avant de l’introduire en vous. Un tel comportement ne peut qu’enrichir votre talent de passif.

MrValentin4

La pénétration doit être franche, sans à-coup et complète.

·          Franche : vous ne faites aucune pose durant l’introduction du gode en vous.

·          Sans à-coup : la pénétration doit se faire d’une traite, sans morcellement, sans forcer outre-mesure mais tout en étant déterminer à l’introduire complètement

·          Complète : c’est-à-dire INTEGRALEMENT. Le gode doit être introduit entièrement, le plug jusqu’à sa base.

Après avoir réalisé cette pénétration parfaitement, ne touchez-plus à rien. Un passif doit apprendre à endurer.

Comptez 10 secondes puis retirer le gode ou le plug avec énergie. Il doit être retiré d’un seul coup, brutalement, sans état-d’âme.

Vous pouvez, si vous le souhaitez, imprimer une résistance sur le gode afin de rendre ce retrait un peu douloureux.

Un partenaire peut réaliser ce retrait, il n’en sera que plus surprenant.

GIF ThomasSlut BW DildoAndAss

Vous allez désormais lubrifier de nouveau votre gode ou le mettre en bouche afin de le lubrifier. De nouveau, vous allez procéder à une introduction de celui-ci de façon franche, sans à-coup et complète. Comptez jusqu’à 20 puis retirez le gode comme précédemment, avec force et énergie.

Répétez ces opérations jusqu’à garder votre gode ou plug 60 secondes.

Partie 4 : les va-et-vient
Vous voilà disposé à réaliser les allers-retours dont vous aviez envie dès le départ.

Munissez-vous pour cela de la base de votre gode ou de votre plug et commencez à agiter énergiquement votre objet en tirant comme si vous souhaitiez le faire sortir de votre anus. Maintenez-le toutefois bien en vous. Renfoncez-le alors d’un seul coup jusqu’à ressentir une faible douleur au fond de votre anus ou dans le ventre. Recommencez l’opération en réalisant ces mouvements de plus en plus vite. Afin de maintenir le rythme, vous pouvez changer de main stimulatrice à loisir.

Lorsque la crampe vous menace, sortez complètement le gode et asseyez-vous dessus comme si vous jouiez aux chaises musicales (concernant la rapidité d’exécution). Ne bougez plus et relevez les jambes afin de laisser le gode entrer en vous par lui-même. Votre crampe devrait disparaître rapidement.

Dès qu’elle est estompée, recommencer les va-et-vient de façon plus rapide encore. Si vous disposez d’autres godes, de diamètre supérieur, introduisez-les en vous.

Dildo_Insides.gif

Surtout, n’ayez aucune pitié pour votre anus. L’actif qui vous pénétrera n’en aura aucune, et vous le savez bien. Si vous êtes accompagné de votre partenaire, celui-ci peut réaliser les va-et-vient puissants et entrer le gode jusqu’à un gémissement de votre part ou un cri suffisamment prononcé pour retirer le gode et le réintroduire brutalement.

Lorsque la jouissance s’amorce, laissez-la venir en vous asseyant de nouveau sur votre plug ou votre gode. Si la fatigue se fait sentir avant, vous pouvez cesser de vous goder et passer à la partie 5.

Partie 5 : retrait
Retirez définitivement le gode de votre anus et passez une huile ou un gel froid avec vos doigts dans votre trou. Il est également possible d’utiliser une crème à pH neutre et de l’appliquer sur les lèvres de votre anus dilaté, en surface.

N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience.

Yann

 


Samedi 3 avril 6 03 /04 /Avr 16:51

Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires - Par Yann

En effet, cela faisait bien trop longtemps que plus rien n'avait été posté ! C'est décidé, je reviens... après avoir reçu de nombreux mails et messages de sollicitation, il me paraît logique d'y répondre.

Pourquoi une si longue absence ?
Il se trouve que j'ai eu de grosse difficulté avec mon ordinateur et un manque de temps énorme ! Mes études me prennent pas mal d'énergie et de temps mais, pour vous, je ferais l'impossible.

Je vais tenter de reprendre l'écriture de ce blog très rapidement et je vous assure qu'il gardera le même esprit, le même soucis du détail.

Aussi, je vous serais reconnaissant de continuer à venir le visiter régulièrement et à en parler autour de vous.

Mon adresse est toujours la même : apprendre-a-etre-passif@hotmail.fr.

A très vite sur "devenirpassif.over-blog.fr" !!

Yann

8123481.jpg


Mercredi 5 décembre 3 05 /12 /Déc 19:15

Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires - Par Yann

J'ai choisi de diviser mon blog en plusieurs grandes parties.

Ces parties sont de nature différentes.

On trouve les Actes, qui sont des grands thèmes autour desquels je publie mes cours, la rubrique Masturbation, qui rassemble des cours ou plutôt des informations liées à la masturbation, la rubrique Exhib'Toi qui permet à un passif qui le souhaite de se montrer sur le blog...

Détaillons un peu plus...
sitechoi.jpg

Dès l'accueil du blog, vous pouvez retrouver les derniers cours publiés, les derniers Exhib'Men ou encore les dernières actualités ou infos de masturbation. En fait, ce sont des articles (en vrac)...

Si vous souhaitez accéder à une rubrique bien particulière, il vous suffit de vous reporter à la liste des pages disponibles, en haut à droite, au-dessus de la présentation du blog.

Bien entendu, tous les articles publiés qui s'intègrent à un Acte en font mention. Chaque acte étant subdivisé en leçon, chaque leçon publiée a pour titre :

Acte (numéro de l'acte) - Leçon (numéro de la leçon) : (titre de la leçon).

0040.jpg
De plus, chaque acte dispose de sa propre catégorie. Ainsi, si vous cliquez sur la catégorie "Commencer à préparer son petit cul" sous un article lié à cet acte, vous obtiendrez instantanément la liste de tous les cours de cet acte. Je vous conseille cependant d'utiliser les pages... qui vous permettent de visualiser d'un seul coup d'oeil les différents titres des leçons et celles à venir...

Voilà, je pense que tout est dit... alors bon surf
et n'hésitez pas à me laisser pleins de commentaires.
Yann

11.jpg


Mercredi 5 décembre 3 05 /12 /Déc 19:10

Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires - Publié dans : Acte I : Commencer à préparer son petit trou... - Par Yann
Acte I : Commencer à préparer son petit trou.

Leçon numéro 1 : la première fois.


Avant de s'aventurer dans le monde des grands, un passif doit savoir que son partenaire ne le ménagera pas et qu'il attend de lui qu'il soit irréprochable et particulièrement responsable au moment de l'acte. Ainsi, le passif ne peut pas se permettre de découvrir la sexualité avec son partenaire... avant de sauter dans le bain, il doit nécessairement commencer par un long entraînement solitaire. Heureusement, vous n'êtes pas complètement seuls puisque je vais vous coatcher ! Mdr
Bref, parlons de cette "première fois". Bien entendu, elle ne renvoie pas à votre premier rapport sexuel mais à la découverte de votre plaisir anal.
Bien entendu, certains d'entre vous savent déjà se doigter ou encore se goder et ont même déjà été pénétré. Deux options s'offrent alors à vous :
1. Vous décidez de passer à une étape supérieure... et vous reportez à un autre cours
2. Vous choisissez de redécouvrir votre plaisir initial en suivant ce cours.

Nous considérons que la masturbation est parfaitement maîtrisée par le lecteur. Si toutefois ce n'était pas encore le cas ou si vous souhaitez plus de précisions, nous vous conseillons de vous reportez à la section Masturbation de ce site.


Que faire, donc, la première fois.
Tout d'abord il convient de faire un choix. Suivant la nature de votre organe nous conseillons une pénétration dite objective ou subjective.
Expliquons-nous :

a) La pénétration objective
Il s'agit d'une pénétration à l'aide d'un objet. Bien souvent, le premier objet de convoitise peut être un gros marqueur ou un feutre arrondi à son extrémité. Quoiqu'il en soit l'objet doit être personnel et répondre à un choix précis. Il est évident que les godes sont préférables mais pour certains, opter pour un marqueur de grosse taille peut s'avérer préférable.

b) La pénétration subjective
Il s'agit d'une pénétration directe sans objet. Cette pénétration subjective peut être "sexualisante" ou simplement "onanisante". Une pénétration subjective est dite "sexualisante" lorsque le vecteur de pénétration est un pénis. Autrement dit, la pénétration subjective "sexualisante" est ce que tout le monde appelle "la pénétration anale". Vous en conviendrez : cette appelation recouvrant de nombreux cas à part, employer ce terme est un abus de langage ! Bref, cette pénétration est à proscrire dans le cadre de votre première découverte. Au contraire, nous allons lui préférer la pénétration subjective dite "onanisante". Ce terme provient du mot "onanisme", synonyme de "masturbation". La pénétration subjective est "onanisante" lorsque c'est la personne elle-même qui se pénètre. C'est exactement la configuration que nous recherchons.

Résumons rapidement. A ce stade, il vous faut faire un choix. Soit vous optez pour une pénétration objective et partez alors en quête d'un objet arrondi et d'une grosseur convenable, soit vous optez pour une pénétration subjective "onanisante" et vous n'avez besoin que de vos doigts.

Afin de vous assurer la meilleure sensation possible nous vous recommandons de vous installer comme suit :
choisissez une pièce éclairée de préférence de façon à être parfaitement tranquille, pas dérangé ;
déshabillez vous totalement et installez vous confortablement dans un fauteuil, une banquette, une chaise ou encore allongez-vous sur un lit.

C'est bon ? Parfait, nous allons pouvoir commencer.

Dans un premier temps, il convient de vous réchauffez un petit peu et donc de chercher à faire monter la température. Pour ce faire, branlez-vous mais pas trop pour ne pas gâcher le plaisir !

Optez de préférence pour un choix de masturbation et ne multipliez pas les techniques.

Lorsque vous le jugez nécessaire, vous pouvez décider de vous munir de votre objet ou simplement de décontracter vos doigts.

Certaines personnes n'aiment pas ajouter de lubrifiant au moment de leur pénétration. Nous le recommandons toutefois. Dans le cas où vous ne pourriez vous en procurer, de l'huile de cuisine fera parfaitement l'affaire.

Plongez donc l'objet dans votre lubrifiant ou déposez-en sur vos doigts.

perineum.jpg

 


Il ne vous reste plus qu'à finir... mais c'est tout l'intérêt de cette première leçon.
Afin de garantir un plaisir optimal nous vous conseillons de suivre ces quelques conseils et progressions (votre plaisir n'en sera que meilleur) :
1) Commencez par positionner votre objet ou votre index à l'entrer de votre anus, en écartant les jambes de façon à ne pas être géné par vos fesses.
2) Tournez lentement de façon à avoir la sensation que la pénétration va se faire sans votre volonté propre. En fait, il s'agit de faire ce que les sexologues appelent une "projection analo-mentale". Il suffit de s'imaginer l'acte pénétratoire sans le concrétiser et donc d'augmenter son plaisir par frustration.
3) Normalement ces quelques tours devraient dilatés votre anus et vous permettre d'enfoncer votre gode ou votre index dans votre trou quelques instants plus tard... lorsque vous l'estimez nécessaire.
4) Essayez de tourner sur les parois intérieures de votre anus afin d'améliorer les sensations d'extase.
5) Lorsque vous le souhaitez, rajoutez un doigt ou enfoncez l'objet plus profondément. Lorsque vous le ferez essayez de remuer le bassin comme si vous vous faisiez réellement pénétrer.
6) Remuez avec plus de vigueur votre bassin et commencez vos vas et viens.
7) Si vous souhaitez renouveler le plaisir de la pénétration, vous pouvez, lorsque votre anus est bien ouvert et parfaitement lubrifié à force des vas et viens, retirer votre doigt, vos doigts ou votre gode complètement et le(s) rentrer à nouveau.
8) Si vous le désirez, accélerez vos vas et viens ou mieux choisissez de vous pénétrer brusquement lorsque vous le désirez. Il est clair qu'une telle pratique vous préparera aux pénétration absolues dont vous serez peut être l'objet un jour.

Le cours est fini. Il sera sans doute actualisé prochainement.

Pour plus de questions : apprendre-a-etre-passif@hotmail.fr.

Prochain cours : Comment trouver sa prostate ?


Mardi 4 décembre 2 04 /12 /Déc 20:58

Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires - Publié dans : Acte IV : Apprendre à gémir... - Par Yann

Acte IV : Apprendre à gémir...
Leçon 1 : Le gémissement guttural

15hum.jpg

Un bon passif se doit de savoir parfaitement gémir afin de rester "en phase" avec son partenaire et de lui communiquer à tout instant son envie d'aller plus loin dans le rapport voire même de se faire pénétrer le moment venu.
Nous allons voir ensemble de quelle façon on peut se montrer gémissant...

I) Le gémissement, un acte sexuel en lui même.
Dans le cas de rapports hétérosexuels, il n'est pas rare de considérer la qualité de la relation aux bruits perçus et donc aux gémissements.
Les homosexuels utilisent le même code du plaisir et particulièrement les gémissements gutturaux, c'est-à-dire en provenance de la gorge.

Il existe, en effet, de nombreux types de cris sexuels. Tout d'abord on distingue les gémissements (qui sont des cris souvent plus rauques mais en tout cas plus bestiales), les couinements (beaucoup plus aigü et surtout plus vif) et les cris (qui regroupent les autres sons inclassables).

Bien entendu, à chaque pratique sexuelle convient un type de gémissement ou de couinement. On pourra par exemple se reporter au tableau du paragraphe suivant pour plus de détails.

Il convient pour finir ce paragraphe d'insister sur l'importance des gémissements au cours de l'acte sexuel. Sans eux, la relation reste platonique, sans piment. Les cris poussés doivent être en "phase" donc en rythme avec les mouvements sexuels entrepris qu'ils soient liés à une fellation, à une pénétration ou à des caresses de toutes natures.

II) Savoir se tempérer et ne pas exagérer.
Attention toutefois à ne pas exagérer les cris et les gémissements. Un actif peut vite se lasser si les gémissements qu'il entend sont disproportionnés ou innapropriés.

L'art du passif réside donc dans le choix du bon gémissement et sa tempérance. Moduler les sonorités peut s'avérer très intelligent et peut permettre de multiplier le nombre de gémissements possibles et donc les sensations.

III) Le dégagement sonore.
Les sons émis proviennent de la gorge. Ils doivent surgir assez spontanément en réponse au désir ou à l'excitation. Ainsi, un râle de plaisir devra se faire entendre lorsque vous sentirez une vague de plaisir vous envahira.
La meilleure technique d'émission de gémissements est celle qui consiste à bien respirer. Plus le passif prendra d'air dans ses poumons et l'explulsera rapidement dans un petit cri ou un gémissement plaintif et plus le dégagement sonore sera crédible et efficace. Evidemment, il convient de se détendre au maximum et, par exemple, de relâcher son pénis au moment de l'expiration. Contracter son pénis peut permettre de rendre les gémissements plus sensuels.

IV) Que dire avec ses gémissements ?
Un gémissement ou un cri permet de traduire le plaisir que le passif éprouve au moment de l'acte sexuel. Ainsi, plus il gémit et plus il est heureux, excité et donc prêt à aller plus loin dans la relation.
Le gémissement doit être couplé aux paroles du genre "oh oui !", "vas-y !", "défonce-moi !", "encore"...
Dans ce cas, les gémissements sont liés à l'envie de plus de sexe et donc à la passivité absolue : la passif montre à son partenaire qu'il est apte à se faire enculer et qu'il accepte sa condition de soumis.
Dans le cas de gémissements plaintifs, l'affaire est différente. En effet, un gémissement plaintif peut être justifié et donc témoigner, sans la volonté réelle du passif, de son état de totale dépendance face à son partenaire : le plaisir est vraiment trop intense pour que le passif garde le silence. D'un autre côté, il peut arriver que vous décidiez, en tant que passif particulièrement favorable aux mauvais traitements, de simuler un gémissement plaintif afin d'augmenter une douleur déjà présente ou bien encore afin de stimuler l'appétit sexuel de votre partenaire. Effectivement, il n'est pas rare qu'un actif prenne plaisir à faire mal à un soumis et donc réponde favorablement à vos appels sous forme de gémissements. Les respirations saccadées et les souffles courts sont à privilégier juste avant l'éjaculation.
Les cris, plus aigüs, témoignent quant à eux d'un plaisir ponctuel. Ainsi, le passif criera pour montrer à quel point une pénétration brutale lui fait du bien ou combien le contact de la queue de son partenaire sur son anus lui donne envie. Le cri est une forme immédiate de l'excitation. Alors que les gémissements, plus longs, plus profonds et plus sourds, conviennent en toute situation, les cris doivent êtres émis suite à un acte vif, rapide.

V) Le cri de jouissance
Ce gémissement ultime est absolument nécessaire et permet d'accepter sa condition de soumis. En effet, un cri au moment de l'éjaculation, par exemple, stimule les sens et sous-entend au partenaire que le passif a éprouvé un plaisir intense et qu'il est donc prêt à recommencer.

VI) Adapter ses gémissements aux situations...
Dans le tableau suivant, l'actant désigne la personne réalisant la pratique sexuelle ou l'acte sexuel de la première colonne. Ainsi, par exemple, pour la première ligne, il faut comprendre : "Fellation réalisée par le Passif". La dernière ligne du tableau renvoie alors à l'idée de "Masturbation du Passif par l'Actif".

Pratiques sexuelles ou évènements sexuels

Actant
(passif ou actif)

Cris ou gémissements associés

Puissances recommandées

Fellation

Passif

Gémissement sourd, forte expiration, bouche fermée, sonorité nasale

⋆ ⋆

Pénétration anale

Actif

Couinements secs, plutôt légers, en rythme avec les vas et viens, structurés sur la sensation ressentie, plaintifs parfois

⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Ejaculation

Passif

Cri intense, dégressif, succession de petits cris de plaisir, idée de bonheur ultime

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Léchage de sperme

Passif

Sensation de plaisir, de délectation (« humm » gourmand), répétés mais pas trop, gémissements discrets sous l’effet de caresses

⋆ ⋆ ⋆

Caresses

Actif

En phase avec les caresses, plus ou moins puissant suivant le cas, détente absolue, gémissement de satisfaction, de repos

⋆ ⋆ ⋆

Caresses

Passif

Plaisir de la découverte du corps du partenaire, sentiment de soumission, geignements de vénération, sons doux, discrets, légers

⋆ ⋆

Godage

Actif

Gémissements de plaisir suivant la puissance du godage, plaintes si douleur, pleurnicheries si besoin d’activer la violence de son partenaire

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Pinçage des seins

Actif

Son vif cherchant à rappeler celui de l’éjaculation, doit traduire la brutalité du geste et le plaisir qu’il procure

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Baiser

Actif

Gémissement doux, léger, son nasale

⋆ ⋆ ⋆

Pénis à l’entrée de l’anus

Actif

Augmentation de la fréquence respiratoire, expression de l’envie de pénétration, gémissement d’imploration

⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Pénis sans mouvement dans l’anus

Actif

Gémissement guttural, sonore mais non insistant, feindre un plaisir léger pour s’assurer une pénétration

⋆ ⋆

Pénétration brutale

Actif

Cri puissant, sonore, bouche grande ouverte, brusque et court, couinement audible

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Doigtage actif

Actif

Couinements voire cris audibles et bien émis, tendre vers un gémissement plaintif ou proche de celui d’une vraie pénétration

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Doigtage progressif

Actif

Gémissements d’intensité progressive, graduelle, respiration accélérée, en rythme avec le doigtage en question

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Tape sur les fesses

Actif

Cri vif et brusque immédiat et irréfléchi, spontanéité sonore, terminer par un sentiment de soumission

⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Léchage du cul

Actif

Gémissements sourds entre parsemés de cris plus vifs et plus aigus, rythme ondulatoire en phase avec les mouvements de langue et de bassin

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Fellation

Actif

Gémissement de reconnaissance, bonheur inapproprié, sentiment d’indignité, exagérer les couinements pour ne pas dévaloriser son partenaire

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Branle

Passif

Gémissements traduisant sa capacité d’excitation, augmenter avec le rythme et le lieu des caresses

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆

Branle

Actif

S’abandonner en cris aux caresses de son partenaire, cris sourds mais prononcés, gémissements quasi permanents

⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆ ⋆


Si des questions demeurent, n'hésitez pas à m'en faire part, l'article sera alors modifié et des précisions seront apportées.

Prochain cours : Que dire à son partenaire pour le stimuler ?

Publicité

Venez le mater :

Masturbation

Présentation

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Profil

  • Yann
  • Le blog de Yann
  • Homme
  • 14/07/1987
  • sexe sodomie gay cul anal
  • Rien de bien sensationnel à avouer. Je suis un jeune homme prêt à tout pour bien faire ^^

Recherche

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus